Après une vraie grasse mat’ sans train à devoir courir après, nous revoilà dans Testaccio en route pour son marché couvert avec Léo !

Celui – ci est connu pour ses stands de nourriture à emporter ou déguster sur la place de la halle .

Entre suppli, nourriture du monde et antipasti, il y a largement de quoi faire éclater son estomac !

Notre choix s’arrête sur la pizza al taglio (à la coupe) , ce qui nous permet de tester plusieurs pizze: Pour nous ce sera tomates confites mozzarella ; fleurs de courgettes anchois straciatella ; houmous aubergines et fenouil olives agrumes. Des pizzas bien garnies et très originales , pas vraiment à la romaine du coup mais très bonnes quand même . Les deux premières plutôt riches alors que les deux autres plutôt fraîches .

Un cappuccino et un jus d’orange frais plus tard, cest reparti pour visiter le Colisée . N.b.: pour ne pas être repérés comme touristes comme nous, mieux vaut boire un cappuccino le matin mais pas après le repas!

Le monde nous fait un peu hésiter mais n’étant pas tous les jours à Rome, nous nous lançons dans la queue.

Finalement celle-ci ne durera que 30 minutes à peine et coup de chance l’entrée est gratuite dans le cadre de la semaine de la culture.
Nous prenons un audioguide faute d’avoir notre guide préfèré avec nous et deambulons à l’écoute de l’histoire du lieu, un peu effarés des nombreuses personnes qui ne viennent là que pour faire un selfie.

Saviez-vous que le Colisée avait été rempli d’eau pour des batailles navales ?

Après une visite qui nous a pris une bonne partie de l’après midi , nous retrouvons Léo chez Anima Mundi, connu par Léo pour sa terrasse et même recommandé par Slow Food. Nous ne testerons que leurs bières quelconques mais la carte des cocktails est impressionnante.

Nous poursuivons notre route direction le quartier Trastevere (qui traverse le Tibre) ainsi que le Ghetto, nom du quartier juif de Rome qui s’est pas mal gentrifiė ces dernières années.

On marche, on papote, on découvre la boutique de piments bio préférée de Léo où tout est à base de piment : Peperita. Victor s’arrache la bouche avec un piment force 4 alors que le plus fort est à 12 !

Dernier stop pour tester le suppli, boulette de riz presque identique à l’arrancino frite et garnie de mozzarella sauce ragù pour la version classique (la bolognaise quand on est pas à Bologne) , ou pecorino et poivre version végé, mais plus petite que l’arrancino .

Retour ensuite à la maison pour une soirée tranquillo.

Bonus à tester :

Les glaces aux goûts classiques mais aussi très originaux (riz, gorgonzola, céleri) chez Torcè près de la FAO.

L’application Slow Food disponible dans de nombreux pays pour avoir avec soi un guide des endroits où boire et manger « bon, propre et juste ».

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *