Du 15 au 21 mars, de Benevento à Calitri nous avons mangé du dénivelé !

Après notre rencontre à Sperlunga, nous avons décidé de ne pas aller à Naples puisque plusieurs personnes croisées sur notre chemin, nous l’ont déconseillée à vélo.

A la prochaine Naples ! Direction donc Benevento depuis Formia en train pour éviter les dizaines de voitures de l’agglo napolitaine.

A Formia, nous avons le plaisir de croiser une marche pour le climat . Nous sommes le vendredi 15. Ce sont donc des enfants que nous voyons ici qui ont décidé de rejoindre le mouvement de la grève pour le climat.

Malheureusement pas le temps de s’arrêter, nous avons un train à prendre. Arf en plus des chiens qui courent après nos vélos tout en s’egosillant, il y a bien autre chose que nous détestons : Avoir un train à prendre !

Direction donc Benevento, ville où le nombre de réfugiés aux alentours de la gare nous a surpris plus qu’ailleurs.

Après quelques recherches, il s’avère que la ville compte plus de 13 centres et 800 ‘accueillis’ (i.e 80% des personnes migrantes ‘accueillies’ dans la province) et que ‘l’accueil’ de ceux – ci est également un gros business représentant plus d’1 million d’euros de bénéfices pour le gestionnaire des centres et impliquant préfecture et autres fonctionnaires publiques. Voir l’article d’infomigrant.net ou celui en italien de la Republica.

Après cette triste transition à Benevento, nous poursuivons notre route direction Apice. Nous déjeunons sur la route et le lieu devant nous nous semblant propice au bivouac, nous décidons d’y passer la nuit.

Le chemin traversant un champ, au bout quelques arbres, une rivière et notre lieu de bivouac

Le lendemain un stop cappuccino à Apice où nous tentons de comprendre le patois italien et nous revoilà partis pour Grottaminarda.

Ville sans grotte mais avec une excellente pizzeria (Pizzeria Al Drago Di Grimaldi Giovanni).

La route jusqu’ici n’a pas été de tout repos avec quelques belles pentes raides et une chute pour Juliette dont le canasson chargé uniquement à l’arrière à tendance à se cabrer.

Elle n’a pas l’air mais elle était bien raide !

De Grottaminarda direction Calitri, douloureuse dernière étape avant le repos.

Au total 2 belles journées d’à peine 30 km chacune mais avec pas moins de 1300m de dénivelé au total.

Repos donc à Calitri pour 2 jours dans un bnb troglodyte. A la boucherie traiteur où nous achetons quelques antipasti et où Victor craque pour une part de lasagne, nous discutons longuement avec le boucher et une cliente tout contents de voir des touristes mais nous expliquant que les infrastructures ne sont pas trop prévues pour. Du coup, Cinzia appelle pour nous les personnes de l’association Pro loco (association que l’on retrouve un peu partout en Italie et s’occupe du développement touristique et culturelle) . Rdv est pris pour nous le lendemain à 10h pour une visite du château de Calitri, chouette ! Tous les détails de cette visite prochainement.

Mais à Calitri c’est aussi une belle intoxication alimentaire avec une glace pour Juliette qui est un peu fatiguée de se nourrir principalement de lactose et de gluten. Nous courrons donc les marchés et primeurs pour retrouver un régime sain.

Le jeudi 21 mars, nous repartons de Calitri pour Melfi avec une dernière étape au dénivelé impressionnant et Juliette qui se tord le ventre de douleurs. Apparemment les poivrons marinés que nous avons réutilisés pour notre salade du jour ne passent pas non plus. Bref, on se traîne un peu et c’est pas la joie mais Melfi nous accueille avec son beau château, ça va déjà mieux !

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *