Ça y est nous terminons nos derniers kilomètres en terre italienne. Cette dernière étape nous mène jusqu’à Valenzano une petite ville tranquille en bordure de Bari dans laquelle nous avons prévu de rester deux jours afin de recharger les stocks de matériel et de nourriture avant l’Albanie.

Nous avons rendez-vous avec Felice notre premier hôte rencontré sur CouchSurfing pour 18h. Timing parfait nous arrivons dans les temps. Première expérience pour nous deux, quelques inquiétudes apparaissent dans la tête de Victor :  »Mais je ne vais rien comprendre … et puis tu sais s’il y a de la place pour nos vélos … et puis si jamais il ne vient pas et puis et puis et … bastaaaaa le voilà qui arrive sur son vélo. Les présentations sont faites direction l’appartement pour continuer de discuter.

 

La casa di Vittorio e Felice


En montant les marches jusqu’à la porte, nous comprenons que nous arrivons directement dans l’appartement familial habité par Vittorio le père de Felice. A première vue ce dernier ne semble pas au courant de notre visite… Surprise !


Nous nous éclipsons de la cuisine dans laquel une discussion vive s’engage entre Vittorio et Felice.

Le ton s’apaise rapidement et nous décidons de rejoindre la cuisine pour proposer notre aide.


Après une analyse approfondie des denrées trouvées dans le frigo et dans nos sacoches, nous nous lançons dans la confection d’une grande salade orange et fenouil.

La salade prend vie doucement et la curiosité de Vittorio devient de plus en plus forte.

Des oranges et du fenouil ? Drôle de salade ! Si je venais ajouter plein d’ingrédients là-dedans et de l’huile d’olive ?!

Au final, c’est une salade orange, fenouil, fèves, patates, ognion blanc, huile d’olive que nous dégustons tous ensemble avec un peu de scarmoza et du pain.


L’effet de surprise est loin pour Vittorio et nous passons une agréable soirée tous ensemble en mélangeant anglais, italien et français.

Nous retiendrons quelques petites pépites :

Vittorio : Mais vous avez une voiture en France pourquoi vous faites tout ce voyage en vélo du coup ?



Juliette : Ça vous plaît la salade ?
Vittorio : Oh oui c’est bon …
Juliette dans sa tête : Chouette !
Vittorio : De toute façon j’aime tout !


A la fin du repas.
Vittorio : Qu’est-ce qu’on mange après ? 



Deuxième journée.


Nous passons une bonne partie de la journée dans la zone commerciale de Bari. Enchaînant bus, train et marche le long d’une 4 voies. On a vu mieux, mais au moins on a trouvé tout ce qu’il nous faut. L’après midi direction la ville où nous trouvons une association partenaire d’Altromercato, eux mêmes partenaires d’Artisans du Monde que Juliette connaît bien.

Le soir retour à l’appartement.Nous apprécions le calme de l’appartement familial après cette journée mouvementée.

Felice réfléchit à une recette spéciale depuis plusieurs jours. Nous avons hâte de  découvrir le fruit de son imagination.
Il s’agit d’une recette en étages que vous pouvez retrouver dans la rubrique dédiée sur notre site.

Après de longues minutes de cuisson place à la dégustation.



En prime, un poivron à la façon de la  Mamma de Felice et de l’aubergine grillée pour accompagner le plat. Avec de l’huile d’olive évidemment pour faire plaisir à Vittorio.
Les visions très hétérogènes de nos hôtes viennent ponctuer la soirée. Felice anticapitaliste, très critique de la société italienne et de son papa, mettant tout en oeuvre pour être le plus résilient possible, et Vittorio plus conservateur qui aime parler de ses voitures et qui a dû mal à refuser les sacs plastiques lorsqu’il fait ses courses.

Nous finissons la soirée avec les verrines de Jeanne, la recette que nous avions récupéré à Marseille, reproduite ici et qui a eu son petit succès auprès de Vittorio ! Pari gagné pour le tour des fourneaux !

Visite de Bari et départ pour l’Albanie.


Le lendemain nous décidons de visiter la vielle ville sans nos vélos avant de traverser l’Adriatique. Le départ est prévu à 22h ça nous laisse toute la journée pour visiter.
Felice nous accompagne et nous fait découvrir la cité et ses spécialités.
Nous goûtons un petit gâteau au nom de pastiera napoletana qui est une spécialité pour Pâques.



Un petit appel à la famille pour Victor avant de poursuivre notre journée

 

Avec la rencontre d’une habitante qui fabrique les fameuses orrechiette. La vitesse d’exécution est impressionnante, les pâtes ainsi formées seront ensuite séchées plusieurs heures directement dans la rue.

Nous craquons et lui en achetons  500gr pour le midi.

A la recherche de l’embarcadaire


Après avoir retrouvé nos biclous nous refaisons le trajet Valenzano-Bari. Nous empruntons plusieurs pistes cyclables pour rejoindre le port. Il est 19h nous sommes plutôt en avance jusqu’ici tout va bien.

… sauf que nous ne trouvons pas l’endroit pour acheter les billets … et le port fait 5 kilomètres de long …

Après avoir fait 3 fois l’aller-retour, nous trouvons enfin la billetterie. Et devinez quoi le bateau se trouve à l’autre bout du quai avec évidement encore 5 kilomètres à parcourir. Finalement après tout ces allers et retours, il est déjà 21h.

Nous retrouvons Felice pour une dernière focaccia avant de monter à bord. Aurevoirs forts en émotions, notre hôte disparaît à peine l’accolade terminée déjà nostalgique de notre rencontre.

 

 

 

 

One Comment

Répondre à Bohland Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *