Après la journée de repos bien mérité nous quittons Shkodër en direction des lacs de Koman. Freddi nous indique deux trois points à ne pas manquer sur la route comme la grotte Shpella Gajtanit.

Il est encore tôt ce matin, en avant pour la grotte.

Le soleil est au rendez vous, les voitures roulent doucement, nous font toutes des signes de la main avec un grand sourire et les enfants crient Hellooooo à chaque rencontre. La journée commence bien.

A la recherche de la grotte mystérieuse

Vers midi nous arrivons dans le village de Gajtan pour rejoindre le point de la grotte indiqué sur notre carte (Maps.me). Au loin la route s’arrête et se transforme en piste poussiéreuse très très raide. Nous commençons la montée quand au bout de 5 minutes un vieux monsieur nous arrête. Avec le langage des mains nous comprenons qu’il propose de laisser nos vélos dans sa cour et de continuer à pied. Chose faite nous poursuivons bien contents de ne pas avoir à pousser nos cachalots à deux roues.

La maison dans laquelle nos vélos attendent sagement

La piste arrive sur une carrière en exploitation. Nous apercevons plusieurs panneaux que nous ne comprenons pas rendant hésitante notre progression. Finalement personne ne semble inquiet par notre présence et nous décidons de continuer jusqu’à trouver un petit sentier.

La carrière
Le sentier

Nous perdons rapidement la trace du sentier malgré les quelques balises rouges peintes sur le calcaire. Les broussailles lassèrent les mollets et la grotte reste introuvable.

Après plusieurs minutes de recherche acharnée nous décidons de rebrousser chemin. Mais nous ne repartons pas totalement bredouilles car les paysages sont magnifiques et nous apercevons même une petite tortue cachée dans les hautes herbes.

Trouvée !

De retour à nos vélos, après avoir proposé quelques figues séchées (offerte par Felice) nous décidons de continuer notre route.

Mirupafshim !

Komani Lake

Apres cette rencontres nous retrouvons la route principale qui commence légèrement a monter avec de magnifique lacets. Ça promet 😉

La montée commence
Et n’en finit jamais !

Après cette première difficulté nous arrivons sur les bords du lac de Koman. La route est juste magnifique. On vous laisse en juger.

Magnifique on vous dit.

Tellement beau qu’on ne voit pas passer les kilomètre et les dénivelés… Enfin presque. Nous approchons de Koman et les jambes commencent vraiment à être fatiguées.

Malheureusement nous n’avons pas vraiment le choix, il faut continuer car impossible de bivouaquer sur ces versants abruptes. Il est 18h Koman n’est plus qu’à 10 km… Mais que c’est long 10 km quand on est à bout de force.

Non ce n’est toujours pas du plat

La nuit est toute proche quand nous apercevons enfin le village. Quelqu’un vient à notre rencontre pour demander si nous avons besoin d’aide. La fatigue devait sûrement se voir de loin sur nos visages.

Au total c’est 60km dont 850 mètres de D+ qui s’affiche au compteur avec chacun entre 30 et 35 kg de bagage.

Nous demandons s’il existe un endroit pour poser une tente. Et surprise c’est tout naturellement qu’elle propose son jardin, avant même de parler du camping. La douche du camping nous donne trop envie, et nous décidons finalement de nous y rendre. Nous apprenons également qu’elle est la chef du restaurant du village. Une douche plus tard nous voilà attablés et affamés dans son restaurant 😀

Un petit tour en bateau.

La route empreintée la veille s’arrête au village de Koman et pour poursuivre, nous devons impérativement prendre un bateau. Le départ est à 9h mais avant ça une dernière difficulté avec 200 mètres de dénivelé en 2km pour passer le barrage. Aïe!

La montée finale

Vu le temps qu’il nous faut pour plier les bagages, le réveil va être matinal.

Mais ça valait le coup

Nous rencontrons et sympathisons avec Max qui est parti pour 3 mois de voyage en Europe avec sa moto depuis les Pays-Bas.

Après avoir regagné la côté il nous reste encore une trentaine de kilomètres jusqu’à la ville de Bajram Curri dans laquelle nous avons prévu de rester dormir.

A suivre 😉

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *