Du 19 au 21 avril.

Direction la mer plein ouest ! Mais avant, une ribambelle de cols et de vallées nous attendent. Ça serait trop facile. Nous voilà prévenus, ça va grimper.

Première étape, direction le théâtre de Dodone. Au départ de Ioannina, la route est plate et rectiligne. Au bout de 10km, nous y voilà: ça s’entortille et s’élève brusquement. Avec le poids des sacoches, le rythme de croisière descend rapidement à 5 km/h. Il va falloir être patients pour passer le premier col.

Au fil des lacets, le paysage devient magnifique et la route de plus en plus petite. On croise une moto, moteur éteint descendant tranquillement en sens inverse. Échange chaleureux, bon courage et ça repart.

Enfin le col ! Les corps fatigués et dégoulinant, il faut vite enfiler une laine pour éviter le coup de froid.

La descente est très belle direction la vallée en contrebas dominée par la montagne Oros Tomaros (1974m) qui nous entoure.

Arrivée tardive devant le site du théâtre. Fermé au public depuis plus d’une heure, on décide de rester dormir dans le coin pour pouvoir visiter le lendemain matin à la première heure. Après une rapide analyse de la région, on finit par installer la tente dans un champ avec l’accord du très sympathique propriétaire.

La nuit s’avérera la plus froide de tout notre périple avec des températures négatives et un givre persistant au petit matin ! Oui oui nous sommes bien en Grèce.

Théâtre de Dodone
Ce théâtre s’inscrit dans un ancien sanctuaire dédié à Zeus redécouvert relativement récemment. Souvent mentionné , son emplacement exact reste inconnu jusqu’au milieu du XIX ème siècle.

Entre ces murs, les prêtres interprétaient les messages du dieu à travers les mouvements des feuilles d’un chêne sacré. Coupé lors des invasions romaines, ce chêne a malheureusement disparu aujourd’hui.

Un descendant du chêne sacré ?

Les interprétations des prêtres étaient inscrites sur de petites tablettes en pierre et transmises aux visiteurs qui cherchaient à éclaircir leur futur. Nombreuses d’entre elles furent retrouvées sur le site. Datant semblablement du II ème millénaire avant J. -C, il s’agirait ainsi du plus vieux oracle grec.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *